oxtorrent
Accueil » Film » Le Lorax - Long-métrage d'animation (2012)

Le Lorax - Long-métrage d'animation (2012)

Long-métrage d'animation de Chris Renaud Animation 1 h 27 min 18 juillet 2012

Pour conquérir le cœur de sa jolie voisine, Audrey, Ted va s’échapper de Thneedville, un monde totalement artificiel où toute végétation a définitivement disparu, pour partir en quête d’un arbre vivant. Ted va rencontrer le Gash-pilleur, un vieil ermite aigri reclus dans sa cabane au milieu de nulle part, et découvrir la légende du Lorax, cette créature aussi renfrognée que craquante qui vit dans la magnifique vallée de Truffala et lutte avec ardeur pour la protection de la nature. Avec l’aide de sa grand-mère, Mamie Norma, Ted va devoir déjouer les pièges de O’Hare et ses sbires pour rapporter à Audrey la dernière graine d’arbre vivant au monde. Sans le savoir, le jeune garçon va transformer le destin de Thneedville.

Film Le Lorax - Long-métrage d'animation (2012)
SERVEUR 1

Et si en 2012, dans un océan de remakes, de reboots, préquelles, séquelles, mères maquerelles, la surprise ne serait ni plus ni moins que d'y découvrir le film le plus important de la décennie ? Car si Pixar et Dreamworks ont pu pondre des films de très bonne facture, aucun d'entre eux, n'auront l'impact du Lorax. Qu'on soit clair, la structure dramatique n'a rien d'exceptionnel, l'univers visuel n'est pas époustouflant. Mais si la Guerre du Vietnam avait son "Johnny got his gun", les "L.A. Riots" leur "Do the right thing" et "Strange Days", les indignés de Wall Street ont cet animal en peluche ressemblant fort à José Bové. Il n'y a qu'a voir un seul plan pour s'en rendre compte: celui du Gash-Pilleur traversant le hall de son industrie diabolique avec placardé en grand "Too big to fail". Le Lorax bien plus que la simple leçon d'écologie que l'on retrouve dans l'oeuvre de Dr Seuss, retourne 90 ans d'animation ou le capitalisme se faisait caresser dans le sens du poil par Disney. Doté de gags fort bien conçu (du Blake Edwards filmé par Spielberg) et d'un casting vocal sympathique, et même si subissant de fortes baisses de rythme, le long métrage de Chris Renaud ouvre autant à la reflexion au plus jeune qu'il y met l'espoir de la dernière graine du film, conscient des enjeux immenses que traverse le monde et de leur fragilité. Sa poésie et son sens des responsabilités en font une oeuvre qui sera certainement sous estimée. Mais pas moins importante.