oxtorrent
Accueil » Film » Dragon Ball Z : La Résurrection de Freezer - Long-métrage d'animation (2015)

Dragon Ball Z : La Résurrection de Freezer - Long-métrage d'animation (2015)

Long-métrage d'animation de Tadayoshi Yamamuro Animation, action, aventure 1 h 33 min 18 avril 2015

Sorbet et Tagoma, deux survivants de l'armée de Freezer, réunissent les Dragon Balls pour ressusciter le tyran.

Film Dragon Ball Z : La Résurrection de Freezer - Long-métrage d'animation (2015)
SERVEUR 1

Ce n’est plus une surprise pour personne, Fukkatsu no F signe le grand retour de l’antagoniste le plus symbolique de la saga. Des années après l’écrasante victoire de Trunks, l’armée du tyran ne semble pas pour autant dissoute continue de subsister aux confins de la galaxie. Son nouveau leader, despote un tantinet ridicule du nom de Sorbet, multiplie les échecs lors de ses tentatives de conquête. Il décide donc de se rendre sur Terre où il recevra l’aide du gang de Pilaf pour invoquer Shenron et redonner vie à son maître. Freezer refait donc surface dans le monde des vivants et profite de l’occasion pour s’entraîner quelques mois durant et exercer sa vengeance.

Toutefois, faire ressurgir une vieille connaissance, aussi emblématique soit-elle, n’était décidément pas suffisant pour rassurer l’aficionado déconcerté par le film précédent. C’est un fait, Kami to Kami en a déçu beaucoup, principalement par son manque de dynamisme et ses batailles inexistantes. Le fan repartait fatalement avec l’idée que Dragon Ball, c’était tout de même bien mieux avant. Et le fan avait absolument raison.

Mais au fond, qu’est-ce qui faisait le sel de la saga? Des entrainements à répétition qui changeaient radicalement le niveau d’un combattant dans des délais toujours plus courts, des transformations en veux-tu en voilà toujours plus improbables, ou encore des films qui mettaient en scène le retour du retour d’un ancien adversaire ou tout autre élément qui pourrait remémorer les scènes et protagonistes cultes de la série. La mise en avant d’un personnage comme Kamé Sennin ne date donc pas d’hier, ce procédé étant déjà usité dès 1990 dans Le Robot des glaces, entre autres.

Cela tombe bien, c’est au détail près l’expérience que nous propose ce nouveau long métrage. Certes, les choix esthétiques ne feront sans doute pas l’unanimité, quoique le nouveau faciès de Freezer ne soit pas moins original qu’un Metal Cooler, mais le principe reste somme toute assez logique et s’inscrit parfaitement dans l’esprit de la série. Cerise sur le gâteau, la baston occupe de nouveau la majorité du film. L’accent a été mis sur quelques personnages seulement, de manière à développer davantage les batailles et renforcer la tension qui émane de celles-ci. Viens enfin la bataille finale, très représentative elle aussi de ce qui faisait le succès du manga, à savoir des combattants qui dissimulent leur force puis finissent par dévoiler leur véritable potentiel pour littéralement écraser leur adversaire. Le final,que je prendrai le soin de ne pas spoiler, est quant à lui un peu choquant dans l'immédiat. Mais de nouveau, ni plus facile, ni plus illogique qu'une poignée de personnes capables d'augmenter le niveau d'un guerrier "comme par magie". A ceux qui citeront l'argument de l'incohérence, je leur conseillerais donc de regarder la série de nouveau.

Nous sommes au final en présence du film qui renoue avec les préceptes d’antan, sans pour autant oublier d’apporter une indispensable touche de modernité. S'il ne prétend jamais égaler la nostalgie instaurée dans nos cœurs, Fukkatsu no F n’en est pas moins une réussite à laquelle on accordera volontiers du crédit et du temps. Faire machine arrière au bon moment peut s'avérer parfois la seule option envisageable.