oxtorrent
Accueil » Film » Journal d’une femme de chambre - Film (2015)

Journal d’une femme de chambre - Film (2015)

Film de Benoît Jacquot Drame 1 h 36 min 1 avril 2015

Célestine, la femme de chambre doit faire face à la maîtresse de maison et repousser les avances de Monsieur. Elle s'éprend du jardinier, Joseph.

Film Journal d’une femme de chambre - Film (2015)
SERVEUR 1

Journal d'une femme de chambre est un très bon drame français réalisé par Benoît Jacquot qui est une nouvelle adaptation du roman éponyme d'Octave Mirbeau, déjà adapté trois fois au cinéma (l'une par Jean Renoir (pas vu) et l'autre par Luis Buñuel)... qui met en scéne Léa Seydoux (lumineuse) dans le role de Célestine une ambitieuse femme de chambre se heurte à ses employeurs Monsieur et Madame Lanlaire une famille de Bourgeois (lui libidineux et totalement soumis à sa femme, qui est froide, hautaine, sèche, dure, méchante, et dévote de surcroît... personnages joués par Hervé Pierre et Clotilde Mollet tout deux excellent) et a son époque à la fin du XIXe siècle, pendant l'affaire Dreyfus (montrè par divers journaux dans le film et a travers le personnage de Joseph le domestique antisémite joué par Vincent Lindon)... Le film de Benoît Jacquot est relativement fidèle à la trame du roman homonyme d'Octave Mirbeau, dont il reprend plusieurs épisodes et dont il ne trahit pas le dénouement, à la différence de Luis Buñuel dans son (excellent) film de 1964 : Célestine rejoint bien Joseph dans le « petit café » de Cherbourg et se dit prête à le suivre « jusqu'au crime ». Néanmoins deux modifications sont à relever : d'une part, Célestine couche avec Joseph alors qu'ils sont encore employés chez les Lanlaire ; d'autre part et surtout, Célestine participe à l'audacieux cambriolage de l'argenterie des Lanlaire, perpétré par Joseph, alors que, dans le roman, elle se contente de jouir par la suite, aux côtés de Joseph, du fruit de ce vol, auquel elle était totalement étrangère.... Par ailleurs, le film respecte bien une ambiguïté du roman : on ignore si Joseph est effectivement coupable du viol et de l'assassinat particulièrement horrible de la petite Claire (à la différence du film de Buñuel) ; mais ici Célestine a juste un soupçon, qui n'est pas étayé, alors que, dans le roman de Mirbeau, il s'agit d'une conviction bien ancrée de la culpabilité de Joseph qui, loin de la rebuter, la fascine et l'attire vers lui.... Sublime Léa Seydoux dans le role de Célestine qui prouve avec ce film qu'elle peut être non seulement, une très bonne actrice... mais aussi qu'elle peut porté sur ses épaules tout un film (mais ça elle l'avait déjà prouvé avec La Vie d’Adèle)... car elle domine le casting de ce film (son second avec le cinéaste aprés Les Adieux a la Reine...) par sa présence.... Quant au film qui est peut être pas ma version préféré du Journal d'une de chambre (celle de Buñuel est bien meilleure, malgré (surtout) ses liberté prise avec l’œuvre (anti bourgeoise) d'Octave Mirbeau)... il est (malgré ses quelques petits défauts) pour l'instant l'un des meilleurs film Francais de l'année 2015.... pour les raisons que j'explique ci-dessus.