oxtorrent
Accueil » Serie » Nicolas Le Floch - Série (2008)

Nicolas Le Floch - Série (2008)

Série de Nicolas Picard Dreyfuss Drame et action 6 saisons (en cours) France 2 50 min 28 octobre 2008

Jeune et brillant commissaire au Châtelet, Nicolas Le Floch enquête pour le compte de M. de Sartine, lieutenant général de police du Roi. Au royaume de Louis XV, les complots et les meurtres vont bon train. Secondé par le fidèle Bourdeau, Nicolas doit faire face à de mystérieuses disparitions et démêler les affaires les plus délicates. Des tripots aux salons feutrés de Versailles, de la Basse-Geôle aux bordels, il traque, file, interroge, produit les preuves, déjoue les pièges, démasque les intrigants.

Film Nicolas Le Floch - Série (2008)
SERVEUR 1

Cette série française est une ode au XVIIIème siècle, riche de ses costumes, de ses manières et de son verbe. L'on trouvera ainsi, entre gens de la roture et aristocrates, des enquêtes enlevées menées tambour battant avec panache et ingéniosité.

Oncques on ne vit commissaire plus agréable à suivre dans ses enquêtes toujours inventives et emplies de pétulance. L'acteur principal, habité par le rôle, est en cela souvent entouré de damoiselles présentant des atours des plus attrayants et qui savent lui prodiguer renseignements et douceurs comme il sied. Il fera son Cicérone en promenant le spectateur au travers de ces ruelles tortueuses du Paris de l'époque de Louis XV. L'aspect quelque peu exagéré, voire presque parodique de certains protagonistes (à l'instar de son truculent supérieur fardé et portant perruque, le lieutenant général de police, le fameux Sartine) n'en diminue point le piquant et c'est avec un bonheur quasi extatique que l'on savoure les saillies verbales et autres joutes de fers croisés entre nobles pétris de rouerie et malandrins obséquieux.

La musique de générique (de début et de fin) s'avère extrêmement plaisante à ouïr et facilite mon immersion dans cet univers historique dès l'écoute des toutes premières notes.

Un véritable voyage dans une époque que je goûte fort et qui saura, j'en suis convaincu, enchanter les amateurs de films de cape et d'épée tout autant que les férus d'histoire moderne.