oxtorrent
Accueil » Film » Spider-Man : Homecoming - Film (2017)

Spider-Man : Homecoming - Film (2017)

Film de Jon Watts Action, aventure et science-fiction 2 h 13 min 6 juillet 2017

Après avoir combattu auprès de Tony Stark, le retour à la vie lycéenne n'est pas si facile pour Peter Parker, surtout quand la ville est menacée par un criminel nommé "Le Vautour".

Film Spider-Man : Homecoming - Film (2017)
SERVEUR 1

Le troisième reboot du personnage de Spiderman au cinéma, interprété par le jeune Tom Holland, ne fût pas chose aisée à encaisser, notamment pour moi. J’ai un rapport particulier avec le personnage. N’étant pas féru de comics, j’ai découvert ce superhéros dans le film de Raimi de 2002, le premier d’une trilogie avec ses fervents défenseurs, dont je fais partie, et ses détracteurs. Les deux premiers films de Raimi ont bercé mon enfance cinématographique. Autant dire que le reboot avec Marc Webb fût dur à accepter, et la pilule n’est toujours pas passée. Sans trop tourner autour du pot, je n’ai pas accroché. Il faut aussi concevoir que c’est ma vision du personnage qui n’allait pas, et je ne remets pas en cause le jugement des autres sur les deux Amazing. Pour ce nouveau Spiderman, j’étais ainsi à la fois satisfait de la tournure prise avec un héros plus jeune mais aussi très inquiet. On a vu un prélude de ce que ça donnerait dans Civil War et le résultat fût satisfaisant, à ma grande surprise. Le personnage était très amusant et il constituait clairement une des forces du film. Ils ont réussi à faire un troisième Spiderman différent ; il n’a en effet rien à voir avec Tobey Maguire ou Andrew Garfield. Vu les retours extrêmement positifs d’Homecoming aux Etats-Unis, ma curiosité n’a fait que croître. Entre une hype récente inattendue et un soupçon de doute, qu’en est-il réellement de mon ressenti ?

Des problèmes qui font tâches

Dans un blockbuster aux moyens colossaux, qui plus est lorsque l’on parle du MCU, on s’attend à des valeurs sûres. Du moins c’est mon cas. En l’occurrence, les effets spéciaux me semblent être un point indispensable de réussite. Or ce n’est pas vraiment le cas. Ils ne sont pas non plus affreux ni indigestes, mais je m’attendais à beaucoup mieux. Je vois le film assez mal vieillir de ce point de vue là. Autre point de complication : le costume réalisé entièrement en image de synthèse. Cela m’avait déjà posé problème dans Civil War, et ça reste dérangeant dans ce volet, sans que cela soit insupportable. Les effets visuels sont également assez moyens durant les scènes de combat, et notamment lors de

la scène de l’avion, à la fin du film. J’ai trouvé les effets assez laids et la scène illisible. J’ai failli faire une crise d’épilepsie durant ce passage. C’est dommage car elle représente un des points culminants du film et je trouve que c’est loupé.

A propos de scènes illisibles, un autre béaba dans un film de cette ampleur c’est de réussir les scènes d’action. Et là…ce n’est pas fameux. Sans être ignobles, elles sont terriblement oubliables et peu lisibles, encore une fois. J’en attendais beaucoup plus, surtout qu’un film comme les Gardiens 2 réussit très bien à gérer cet aspect, ou Le soldat de l’Hiver, pour citer des films plutôt récents du MCU.

Enfin, un dernier point et non des moindres,

je trouve que le film manque d’enjeux. Alors certes ça permet de se consacrer bien davantage au personnage de Tom Holland et de lui donner un ennemi crédible, qu’il peut vaincre seul et par ses propres moyens. Mais le fait de se battre pour le déménagement de Stark n’est pas la chose la plus excitante qui soit, loin de là. Alors je reconnais que ça apporte plus de réalisme au film, mais ça n’en est pas moins un problème selon moi.

Un film qui tient plus de la comédie que du grand spectacle

Ce ne serait pas être trop ingrat que de commencer par la grosse qualité du film selon moi : l’humour. Pour les amateurs de films Dark à la sauce DCEU, vous ne misez pas sur le bon cheval avec Homecoming. Je pense également aux personnes qui regrettent l’humour omniprésent dans les Marvel, sans forcément demander un film trop sombre non plus. Ce ne sera pas un film pour eux. Parce que le film regorge de situations rocambolesques et humoristiques, et je dois dire qu’elles fonctionnent très bien. Ils ont réussi à trouver un bon décalage entre la jeunesse de Spiderman (et son côté décalé) et les enjeux immenses qui reposent sur les épaules d’un superhéros. Il se comporte comme un adolescent classique mais il possède des pouvoirs impressionnants ; en cela je trouve que le film gère très bien cet aspect. Une de scènes marquantes

est bien le twist de la révélation du père de Liz, l’accompagnatrice au bal de Spidey. Je ne sais pas si je suis tombée sur une salle particulièrement réceptrice et indulgente mais elle a vibrée pendant 5 minutes. C’est vrai que la scène est vraiment drôle et le twist en lui-même sert vraiment le scénario. C’était inattendu pour ma part et les scènes qui découlent de cette révélation (présentation à la famille, voyage dans la voiture, discussion avec le père) sont parmi les meilleurs du film.

Enfin, je vais m’atteler au contenu du film et à son scénario. Pour commencer on ne s’ennuie pas une seule seconde. Quand je le compare à Wonder Woman, de la même durée, il y a un sacré gouffre. Ici les 2h20 passent comme une lettre à la poste et en soi c’est une excellente nouvelle. Le rythme du film est très bien géré. Cela n’est pas seulement dû à l’humour, parce qu’un film drôle peut très bien m’ennuyer. Parmi les autres points forts du film, il y a le fait qu’Iron Man soit finalement peu présent. Il est réellement très secondaire et sa présence fait plaisir à voir, car elle n’est pas débordante. Et on peut dire que c’est un vrai film sur Spiderman, il n’y a aucun doute là-dessus. En continuant sur le thème des personnages, celui de Michael Keaton est très bon. Son questionnement moral n’est pas inintéressant et Keaton le joue à merveille. C’est un sacré acteur, dont les performances depuis Birdman rappellent à tous qu’il en a encore sous le capot, ce qui me réjouit. Enfin, un dernier point sur les personnages.

J’ai été satisfait qu’on évite la romance entre ados. Alors certes il y a un début de flirt mais ça ne va pas au bout, et ça m’a surpris. Cela nous a empêché d’avoir quelques situations niaises qui auraient été en contradiction avec le ton employé par le film jusque là.

J’en ressors avec une impression davantage positive que mitigée, et en soi c’est presque un exploit. Alors certes j’essaye de ne pas être borné et de m’ouvrir à d’autres Spiderman, mais je suis intimement lié à celui de Maguire. Et celui-ci a réussi à me séduire. Il est loin d’être sans défaut mais il est fun et il a apporte quelque chose de différent, dans le bon sens du terme.

Je peux cependant m’étonner des retours dithyrambiques venant des Etats-Unis mais en réalité il n’y a plus grand chose qui me surprend sur ce pays. Au final, je ne sais pas quel héritage aura le film, s’il restera dans les mémoires, mais j’ai bien peur que non. Le film n’est pas vraiment marquant, vu qu’il ne possède pas de scènes à part et qui sortent du lot, mis à part une. Mais comme dirait le Captain, pour le savoir, patience est mère de sûreté.