oxtorrent
Accueil » Film » La mauvaise réputation - Film (2018)

La mauvaise réputation - Film (2018)

Film de Iram Haq Drame 1 h 47 min 6 juin 2018

Nisha est une jeune fille de seize ans qui mène une double vie. À la maison avec sa famille, elle est la parfaite petite fille pakistanaise. Dehors, avec ses amis, c’est une adolescente norvégienne ordinaire. Lorsque son père la surprend dans sa chambre avec son petit ami, la vie de Nisha dérape.

Film La mauvaise réputation - Film (2018)
SERVEUR 1

La mauvaise réputation est un long métrage dont on ne sort indemne. Passé les premières minutes d'exposition, le ton est donné et jusqu'à la dernière seconde il ne vous laissera plus respirer tant les péripéties de la principale protagoniste captivent nos moindres sens. Iram Acq confit s'être inspiré de la relation avec son père tout ne me manquant pas d'ajouter quelques éléments de fiction. L'histoire se déroule sur fond de double culture entre la Norvège et le Pakistan. Nous suivons la vie de Nisha, une jeune norvégienne de 16 ans dont la famille est originaire du Pakistan. Comme bon nombre d'êtres humains sur cette planète ils ont choisi de quitter leur pays natal afin d'offrir à leurs enfants une vie meilleure.

Un dualisme culturel.

Sans sombrer dans le pathos, le long métrage opte pour une focale qu'il mène avec un maîtrise : la vie d'une adolescente tiraillée entre deux cultures qui peuvent sembler au prime abord diamétralement opposées. Nisha mène une double vie en ne pouvant point confier ses affres adolescentes à son entourage et encore moins à sa famille. A l'extérieur du domicile familial, elle se comporte comme n'importe quelle norvégienne, oserais-je dire européenne, de son âge. Elle passe du temps avec son groupe d'amis, elle fait la fête et connaît ses premiers émois amoureux. Au sein de son cocon familial, Nisha est une autre. L'éducation, ses parents ne la conçoivent qu'à la pakistanaise : pas de vêtements osés et couvre-feu.

L'ancêtre de l'oiseau bleu.

Mais pourquoi une telle obsession ? Pourquoi de telles mœurs ? La réponse se situe dans la sacro-sainte réputation familiale qu'il conviendrait de garder au sein de la communauté pakistanaise composant la petite bourgade norvégienne dans laquelle cette famille a élue domicile. A l'instar de nos réseaux sociaux, ce qui prime ce n'est point la personne qui nous sommes réellement mais l'image que nous véhiculons de nous. A ce titre, les mœurs pakistanaises et la conception occidentale de l'image pourraient avoir davantage de points communs que ce que nous pourrions supposer. Est-il nécessaire ce préciser que cette peur du regard des autres s'effectue au détriment du bonheur des adolescentes ? Dans les faits, Nisha, fille chérie de son père, est promise à un brillant avenir mais tout va changer lorsque ce dernier la découvre un soir avec son petit ami.

Une œuvre glaçante mais pertinente.

Abordant la thématique de la liberté des femmes à décider de leur vie mais également du patriarcat, le film nous touche en plein cœur et parvient à laisser le spectateur sans voix à de nombreuses reprises. Un élément de culture mais qui sommes nous pour le juger ? Alertant sur la place des femmes, l'ensemble de la société participe à la reproduction des éléments présentés dans le film. La force du long métrage réside également dans sa capacité à ne porter aucun jugement condescendant sur les différentes cultures abordées dans le film. Que cela soit le regard du Norvégien sur le Pakistanais ou le regard du Pakistanais sur le Norvégien rien ne laisse place au jugement de valeur.

L'avis détaillé sur le blog. http://lacritikpotemkine.over-blog.com/2018/07/la-rumeur-est-la-fumee-du-bruit-victor-hugo.html