oxtorrent
Accueil » Jeux » Civilization : Beyond Earth - Rising Tide (2015) - Jeu vidéo

Civilization : Beyond Earth - Rising Tide (2015) - Jeu vidéo

Extension de jeu de Aspyr, Firaxis et 2K Games Linux, Mac et PC Stratégie tour par tour et 4x 8 octobre 2015

Avec Beyond Earth, la série des Civilization quittait son univers historique pour s'aventurer dans un avenir de science-fiction. Aujourd'hui, Rising Tide se propose de vous faire atteindre de nouvelles frontières, aussi bien à la surface de la planète que dans ces océans, tout en offrant plus de choix et d'options diplomatiques. Continuez, tour après tour, à élaborer une nouvelle vision pour l'avenir de l'humanité.

Film Civilization : Beyond Earth - Rising Tide (2015)  - Jeu vidéo
SERVEUR 1

TL;DR : L'extension qui fait passer Civilization: Beyond Earth d'un bon jeu à un excellent jeu. Tout simplement indispensable. Pas nécessairement aussi impactant que Gods and Kings pour son ancêtre Civilization V, mais probablement du même niveau que Brave New World.

Le DLC Rising Tide offre deux promesses, celle d'ouvrir un nouvel océan de jeu (littéralement) et celle d'améliorer les relations entre les factions. - Sur le premier point, c'est une réussite. Les villes océaniques et les nouvelles unités maritimes ouvrent considérablement le jeu, en particulier la gestion des ressources. Il devient plus facile de rechercher la ressource dont on manque pour planifier son développement, alors qu'on se retrouvait à subir certaines pénuries (voire à réorienter ses affinités en milieu de partie) dans le jeu vanilla. Les villes océaniques se déplaçant, même lentement, on peut également les utiliser en tant que plateformes de lancement orbitaux ou porte-avions, de façon un peu plus anecdotique. - L'autre changement se situe dans la nouvelle ressource, le capital diplomatique, et la gestion des relations avec les autres factions. Cette ressource permet d'acheter de nouveaux traits qui offrent des bonus intéressants, un peu comme des valeurs qu'ont achèterait (avec plusieurs niveaux, la possibilité d'en changer). Avec ses traits, on pourra également faire des accords avec les autres factions (le côté diplomatique de la chose), pour échanger du capital contre des bonus (l'équivalent d'autres traits). Ça enrichit un peu la diplomatie, j'imagine que ça a un impact bien plus grand à des niveaux de difficultés supérieur. Sachant qu'on peut aussi utiliser ce capital pour acheter (comme l'énergie, en fait), la gestion de cette ressource vient vraiment enrichir le jeu, dans pour autant le dénaturer. Ce n'est pas l'équivalent de la religion dans le DLC de Civilization V en terme d'impact, mais c'est malgré tout intéressant. Dans le domaine des relations entre factions, il faut noter l'apparition des points de guerre, permettant de mesurer l'impact des vos actions sur l'adversaire - et de jouer avec, permettant avec certains modificateurs, de faire varier la quantité de dégâts à infliger pour pousser l'adversaire à la paix, ou à prendre la main sur les compensations... - La gestion des affinités a été également légèrement retouchée. Bien que ce changement ait été moins annoncé, il me semble que son impact sur le jeu soit majeur. Alors qu'il était nécessaire de monter dans une seule affinité pour avoir droit aux bonus correspondant, il y a des bonus de synergie. Du coup, il n'est plus aussi intéressant de rechercher à tout prix à se spécialiser sur une affinité principale, en se diversifiant on a accès à d'autres bonus (plus légers, certes). Sauf que les conditions de victoires demandent toujours des seuils aussi élevées, il devient donc difficile de les atteindre sans spécialisation, laissant la porte ouverte à la seule victoire militaire...

Ah, et le jeu est peut-être plus facile - ou je me suis amélioré, mais je commençais seulement à parvenir à gagner en Vostok (oui, je ne suis pas un excellent joueur), avec l'extension il n'y a presque plus de difficulté à ce niveau. EDIT : ni au niveau suivant, pour la première fois dans l'histoire d'un Civilization je teste le jeu dans le dernier niveau de difficulté, et pas seulement par curiosité.