oxtorrent
Accueil » Serie » La Légende de Korra - Dessin animé (2012)

La Légende de Korra - Dessin animé (2012)

Dessin animé de Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko Action, animation, drame 4 saisons (terminée) Nickelodeon 25 min 14 avril 2012

Korra est une maître de l'eau venant du Pôle Sud qui a un fort caractère. Elle est l'Avatar, et elle doit donc apprendre à maîtriser les quatre éléments. Elle a appris la maîtrise de l'eau, de la terre et du feu, et doit apprendre la maîtrise de l'air. Elle va vivre dans une grande ville, la « Cité de la République », où vivent des gens de toutes les nations. Cette ville a été créée par Aang et Zuko après cent ans de guerre.

Film La Légende de Korra - Dessin animé (2012)
SERVEUR 1

[Critique originelle] Deux épisodes vus, on peut déjà dire que la série augure au mieux. La tonalité est différente de la série précédente : l'héroïne est plus âgée, très sûre d'elle et n'est pas calme et zen comme Aang. Maîtrisant déjà trois éléments sur les quatre, il reste à Korra à apprendre l'air. Ce qui ne sera pas simple, ce dernier étant le plus spirituel des éléments. La série apporte suffisamment de nouvelles idées pour se démarquer de son auguste parent : le cadre de l'action est Republic City, une ville cosmopolite et moderne, mélange de New York et Shangai des années 20. Les évolutions technologiques depuis la série précédente sont nombreuses mais toutes liées aux progrès observés (beaucoup de gens portent des lunettes !) La musique - toujours par the Track Team - mélange des sonorités asiatiques et du jazz. Encore une fois, c'est très juste et très adapté. La série fourmille de trouvailles. Pour les fans de la première heure, je défie quiconque de ne pas avoir le cœur qui gonfle en voyant Meelo, Jinora et Ikki, les petits-enfants de Aang, tous trois apprentis maîtres de l'air. Et puis il y a ses petites bribes d'information lâchées ça et là, les inévitables histoires d'amour qui feront s'agiter les shippers, des maîtres du métal et un méchant prometteur.

Bref, c'est différent de The Last Airbender mais en même temps c'est très proche. Si vous aviez aimé la précédente série (et comment ne le pourriez-vous pas ?) vous risquez bien d'aimer celle-ci.

(Note et critique seront modifiées au fil de la saison).

[Cette critique contient des spoilers - ne pas lire si vous n'avez pas vu la série] À peine le troisième livre de la série Avatar: The Last Airbender était-il terminé que les fans réclamaient déjà la suite. On brûlait en effet de savoir ce qu'il advenait de nos héros. Qui allait se marier avec qui ? (Zutara FOREVER) Est-ce que le monde connaîtrait enfin la paix (en espérant secrètement que non mais oui quand même). Soumis sans doute à une pression de la part de Nickleodeon, les créateurs se mirent donc au travail et planchèrent sur une. Là où ils furent audacieux et malins, c'est qu'ils décidèrent de changer le point focal de l'histoire en racontant les aventures de l'avatar suivant dans le cycle des réincarnations. Et pour faire bonne mesure, le nouvel avatar, Korra, ne ressemble en rien à sa vie antérieure, Aang.

Dès le début du projet, je regardais d'un œil curieux les annonces faites au sujet de la série. La série était initialement anoncée avec une commande de seulement 12 épisodes - ce qui est extrèmement court. Au fur et à mesure de l'avancement du projet et alors que s'en précisaient les coutours, une seconde saison fut annoncée (qui durera 14 épisodes). Si l'on peut faire une critique à cette série, ce sera sans doute quant à son rythme. L'histoire est beaucoup plus ramassée que dans la série-mère mais somme toute aussi complexe. Cependant, les interludes et parenthèses sont occultées. L'action est continue et constante et il y a relativement peu de scènes de repos. La contrepartie de ceci est que les personnages sont moins fouillés que dans la série originelle. Là où cette dernière prenait le temps de développer chaque nouveau personnage, la série gravite, dès le quatrième épisode autour de pas moins de sept personnages principaux et de nombreux personnages secondaires. Certains personnages principaux souffrent cruellement d'un manque de présence et finissent par s'éclipser au fil de la saison (Bolin, Asami par exemple).

Il faut saluer le fait que c'est une série pour enfants qui ne les prend pas pour des imbéciles. Les thématiques abordées sont relativement complexes et même si elles sont parfois présentées rapidement, elles sont assez exigentes. Compte tenu des contraintes de temps et d'audience, on peut considérer que la série fait un bon boulot en ce qui concerne l'opposition entre benders et non-benders - ce qui constitue le sel de la série. En particulier, les arguments présentés par les non-benders sont par moments assez séduisants et on se plait à se demander s'ils n'ont pas un peu raison. Quel contraste avec d'autres séries pour enfants !

[Attentions spoilers] Le personnage de Korra est sans surprise le plus réussi de la série. J'admets cependant qu'elle ne se livre pas facilement et qu'il est facile de la prendre à rebrousse-poil. Elle n'est pas aussi attachante que Aang. La comparaison avec ce dernier survient à tous les instants. Aggressive, impulsive, irréfléchie, bien trop sûre d'elle, Korra insupporte beaucoup. Mais ces défauts sont en fait une carapace qui cache une félure intérieure : celle de ne jamais être sûre d'être à la hauteur. L'ombre d'Aang est constamment sur son chemin - que ce soit à travers son enseignant en airbending - en la personne du fils de ce dernier - ou bien avec cette gigantesque statue dans la baie de Republic City, veillant sur la ville mais lui rappellant constamment qu'à 12 ans Aang avait déjà maîtrisé les 4 éléments et sauvé le monde. Prisonnière de l'ombre d'Aang, mais ne ressentant pas d'inimité pour lui, Korra cherche sa place. Dès le début de la série et après sa première confrontation avec Amon, Korra commence à affronter ses peurs - en particulier celle de ne plus être l'Avatar. Depuis sa plus tendre enfance elle s'est identifiée comme telle et la disparition de ce statut entraînerait chez elle une perte d'elle-même. L'une des scènes finales est à ce sujet particulièrement réussie. Korra a perdu ses pouvoirs. Mako lui déclare sa flamme mais Korra le rejette. Ses pires peurs réalisées, Korra se rend au bord d'une falaise et se met à pleurer. Elle a perdu son identité, rejeté l'amour, elle n'est plus rien. Une de ses larmes coule dans le vide - symbolisme fort et étonnant dans une série pour enfants qui évoque rien de moins que le suicide auquel elle songe (nous sommes toujours dans une série pour enfants).

Un autre personnage particulièrement réussi est celui de Lin Bei-Fong, la fille de Toph. Chef de la police, elle manipule le métal, porte une armure trop cool et est intransigeante. Les révélations sur son personnage sont chouettes et son arc narratif particulièrement satisfaisant et émouvant. Il est assez triste de devoir se réjouir de la présence de personnages féminins forts dans la série. Mais c'était déjà une constante dans la précédente. Les femmes sont présentes partout - tel garde de l'Ordre du Lotus Blanc est une femme. Parmi les bloqueurs de chi des equalists tel autre a une forte poitrine. Ces petits détails contribuent à faire passer un message très positif pour les petites filles et c'est bien.

L'animation est superbe. Le travail accompli par les studios coréens est encore meilleur que dans la série originelle. Les décors sont très fouillés et complexes. Les images de synthèse sont relativement bien intégrées et en général ne choquent pas l'œil. Le character design est comme d'habitude assez super. Les couleurs de chaque nation omniprésentes auparavant se sont désormais fondues dans la masse. Impossible de dire qui est de quelle nation désormais, à de rares exceptions près. Des benders d'éléments différents sont frère et sœur. Bref, c'est un monde nouveau, riche et différent.

[La saison 2] Avec 5 épisodes sous le coude, je me devais de rajouter un petit addendum à ma critique. Mes sentiments sur la saison 2 de Legend of Korra sont incroyablement ambivalents. J'apprécie les efforts faits par les créateurs de la série de proposer quelque chose de différent et d'ambitieux mais je ne peux m'empêcher de trouver le tout vraiment disjoint. Les excuses que l'on donnait à la saison 1 (dont on ne savait pas si elle serait la seule) ne tiennent plus ici, on sait qu'il y aura deux autres saisons. Et pourtant, le ton est malheureusement confus et on a parfois l'impression de ne pas savoir où va la série. Certains développements sont abandonnés rapidement (Jinorah et la statue) et reviendront comme un cheveu sur la soupe. D'autres sont vraiment téléphonés et dignes d'une série mal écrite (Ikki qui disparaît, Korra qui se fait avoir par une figure de mentor...). Korra a somme toute assez peu grandi entre les deux saisons et c'est bien dommage parce que son évolution se devra d'être forcée (dans le monde des esprits donc). De nombreux nouveaux personnages arrivent cette saison et rejoignent une distribution déjà pléthorique... pour le moment, je trouve que cela fait trop et ça ne sert pas l'histoire. Le dernier point noir, c'est l'animation - le studio est différent (Studio Pierrot), et il y a beaucoup de moments où on le remarque... c'est un peu décevant. Le studio Mir reviendra dans plusieurs épisodes de cette saison... et les suivantes. Mais le mal est un peu fait.

Tout n'est pas à jeter cependant. Certains nouveaux personnages sont réussis (Varrick) et d'autres intéressants (Eska). L'ambition est toujours là et on sent qu'il y a un potentiel... mais avec une saison aussi courte, peut-on se permettre d'avoir des épisodes pas très réussis ?

[Mise à Jour - après une longue réflexion...]

Il m'a fallu du temps pour pouvoir placer des mots sur mon ressenti de la saison 2. Je pense que ce qui revient principalement chez moi, c'est un profond malaise. J'ai critiqué plus haut l'animation, la caractérisation inconsistante des personnages et les nombreuses paresses. Je vais continuer ici, et critiquer la série plus globalement.

Pour faire simple, Legend of Korra n'est pas aussi bonne que sa série mère. Plusieurs raisons à cela. D'abord, le nombre d'épisodes par saisons, beaucoup plus réduit que dans The Last Airbender, dessert la série, en l'empêchant de développer proprement ses personnages. Résultat, les relations entre les personnages manquent de profondeur et c'est vraiment dommage. La série est parfois paresseuse avec ses personnages établis en les enfermant dans un rôle unidimensionnel.

La saison 2 souffre de nombreux travers, au premier rang desquels, on trouve la personnalité du méchant. Je suis désolé, mais dans la série précédente et même la saison précédente, le méchant était intéressant car pluridimensionnel. Zuko était torturé, Azula terrifiante et drôle... même Amon défendait une cause noble... on ne les aimait pas forcément, mais on adorait les détester. Dans la saison 2, le méchant n'est pas clairement identifié... et quand il l'est, c'est une déception. Il manque singulièrement de charisme cet Unalaq... et ne pas comprendre ses motivations complètement (en particulier, aucun flashback pour expliquer sa rencontre avec Vaatu par exemple) en fait un méchant inintéressant mais surtout froid.

Qu'on se le dise, je n'ai pas aimé l'histoire du premier avatar, Wan. L'épisode était magnifique mais selon moi, inintéressant. Je pense que l'histoire du premier avatar aurait dû rester légendaire ou au moins proposer beaucoup plus d'ellipses. Ce n'est pas quelque chose que nous devrions savoir... l'histoire de Wan n'est pas réussie, sauf la fin. Franchement, les esprits, j'en avais un peu ma claque, et je pense que dans le dernier épisode, Desna exprime le sentiment de bien des téléspectateurs et sans doute des créateurs de la série ("I am so done with spirits.").

Bref, trop d'explications sur comment fonctionne le cycle des réincarnations - ce qui enlève beaucoup de mystique à la série, dommage. Le fait dire que le cycle à démarrer il y a 10000 ans est une mauvaise idée également... pourquoi ne pas avoir laissé les gens se poser la question ? Pourquoi faut-il tout chiffrer ? C'est vraiment dommage d'avoir fait une telle chose...

Bref, je suis impatient de voir la troisième saison, mais j'ai aussi peur de voir ce qu'elle nous réserve.

[La saison 3] STOP THE PRESSES Bon, le troisième livre "Changes" est à tomber par terre. Animation magnifique, combats grandioses, méchants géniaux. La série est sublimée... et c'est peut-être devenu meilleur que la série originelle. À suivre !

Saison 3 terminée... une fin grandiose, et une petite larmiche à l'œil ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas pleuré devant un dessin animé (la dernière fois, un épisode d'Avatar, justement). Bravo !