oxtorrent
Accueil » Jeux » The Quiet Man (2018) - Jeu vidéo

The Quiet Man (2018) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Human Head Studios et SQUARE ENIX PC et PlayStation 4 Aventure, fiction interactive et beat'em up 1 novembre 2018

Jeu d'aventure narrative développé par Human Head Studios et édité par Square Enix. Dans ce dernier, nous allons incarner un homme atteint de surdité et devrons nous frayer un chemin au travers de cet handicap.

Film The Quiet Man (2018)  - Jeu vidéo
SERVEUR 1

Dans ma vie de "Gamer", ça faisait bien longtemps que je n'avais pas été déçu par un jeu. Je viens de faire The Quiet Man, et mon dieu quel incroyable gâchis ! Le postulat de base était pourtant attrayant: un petit projet de type AA ( production petit budget dans le jargon) comme l’excellent Hellblade : Senua's Sacrifice, une volonté revendiquée de vouloir faire un beat'em'up "à l'ancienne" de l'ère PS2 (l'hommage PS2 est là certes, mais que dans les mauvais aspects, j'y reviendrais plus tard), un concept intéressant de jouer un personnage atteint de surdité; dans la team, le directeur des scènes d'action de la série Yakuza (LE réel héritier des Beat'em'up de l'ére 128 bits), Imogen Heap à la BO (en fait uniquement là pour la chanson des crédits de fin, médiocre au passage), etc ... Je pensais tomber dans un trip expérimental à la japonaise, un jeu de pugilat de rue scénarisé et avec une bande son fofolle et adaptative à nos actions. Surprise : c'est un non de type négatif.

Le jeu est d'une médiocrité totale, il s'en sort uniquement bien graphiquement il faut bien lui reconnaître ça, personnages et décors sont très jolies, et les transitions entre prise de vue réels et moteur du jeu sont "smooth", dommage qu'en plein jeu, l'inexpressivité des personnages gâche le tout, les animations sont mauvaises, le personnage n'a aucune animation intermédiaire, rendant les déplacements ultra robotique, on se coince partout, l'hommage PS2 se trouve surement dans ses animations ridicules, dans ses hitbox foireuses, dans ses personnages qui traversent le décor, dans ses temps de chargement longuet, dans sa caméra aussi, qui aime beaucoup se coincer dans des recoins et filmer hors champ, welcome back in 2002 !

Les scènes en prise de vue réelles sont parfois pas mal mise en scène, mais généralement plutôt prétentieuses, c'est sans intérêt, bien plus encore que les épisodes inter-chapitre de Quantum Break.

Et enfin, l'angoisse absolu : avons-nous un jeu qui va s'amuser avec son concept ? Nous sortir une bande son du diable, qui pourrait en partie rattraper le naufrage technique du jeu ... Que nenni mon goujat ! Le jeu a décidé de repousser les limites de l'emmerdement au delà de l'entendement (lol, surdité tout ça ...), car ce jeu n'a absolument aucun sons, enfin pendant les cinématiques les persos font bien un léger bruit de synthé discret, et on entend vaguement et très faiblement des sons étouffés pour les bruits de pas et les coups, mais c'est très très bas, et est sans aucun intérêt. Ceci apporte par contre des soucis qui plombent totalement ce qu'il y aurait pu avoir à sauver, déjà, les combats n'ont absolument aucune sensations, qui à pensé que faire de la bagarre sans aucune direction sonore serait une bonne idée ? Déjà que bon, les combats se résument à : poing, poing, poing, poing, poing, poing, pied, poing, poing, poing, contre (qui fonctionne une fois sur cinq), finnish move (stylé mais répétitif et rarement contextuel avec l’environnement), ça c'est quand on joue, parce-que bon, on doit être à 30 minute de gameplay pour 2h30 de cinématiques, ah oui, le jeu fait trois heures au fait, les trois plus longues heures de votre vie de gamer. Imaginez : prenez Metal Gear Solid 4, bon, déjà ça fait peur, mais imaginez MGS4, ses cinématiques incessantes de 30 min à 1h, parfois entre-coupées de mini cession de gameplay (qui contrairement à Quiet Man au moins sont bonnes), maintenant, c'est là le plus beau, imaginez ces cinématiques chiantes comme la pluie et bien trop longues, imaginez les : [b]sans aucun sons[/b], c'est "très le concept" vois-tu, un peu comme un tableau blanc valant le PIB de la Suisse, ce genre d'aberration. C'est d'un ennui abyssal, bien évidemment on ne peut pas passer les dites cinématiques (judicieux quand le jeu décide de planter contre le "boss" de fin, et qu'il faut se refaire tout le chapitre et ses interminables cinématiques silencieuse), ça rend l'histoire totalement absconse, et vous plongera dans un état de léthargie inquiétant, vous rapprochant peu à peu de sombres idées envers vous-même et les gens responsables de cette chose. Je vous rassure, le peu qu'on comprend de l'histoire, est bien sûr très prétentieux pour rien et totalement ridicule, avec son lot de retournements de situation sortant d'un chapeau truqué, qui entraîne plus de retournements de situation, un basculement dans le "WTF" brusque et sans signe préalable dans l'histoire, qui disparaît aussi vite qu'il est arrivé au demeurant, et voilà.

Ce n'est même pas une curiosité bancale mais charmante, tout juste un truc bon pour un petit fou rire devant tant de médiocrité, mais pas trop non plus, n’espérez pas un "The Room" vidéo-ludique, tout ce que vous aurez, c'est trois heures perdues, dans un silence inconfortable, même son petit prix ne vaut pas la peine de s'y pencher.

Il y aura une mise à jour pour apporter un new game plus rendant l'ouïe au protagoniste, pour la science je le ferais pour constater définitivement de la médiocrité de l'histoire, et au moins les combats auront un minimum de punch.

Très belle opportunité manquée de faire un jeu simple et un peu expérimental.

Je lui donne la note de Xanax/20