oxtorrent
Accueil » Jeux » Sea of Solitude (2019) - Jeu vidéo

Sea of Solitude (2019) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Jo-Mei Games et Electronic Arts PC, PlayStation 4 et Xbox One Aventure 5 juillet 2019

Lorsque les humains se sentent trop seuls, ils se transforment en monstres. C'est ce qui est arrivé à Kay. Mais elle n'est pas seule : l'océan est plein de créatures comme elle. En les trouvant, elle pourra peut-être redevenir elle-même.

Film Sea of Solitude (2019)  - Jeu vidéo
SERVEUR 1

Fortement intriguée de son annonce en 2018, avec sa direction artistique haut en couleur, Sea Of Solitude m’a fait de l’œil, et a fait assez pour attirer ma curiosité.

Un petit saut à l’E3 2019,pour annoncer la date de sortie, et nous y voila. Sortis le 5 juillet 2019 édité par le grand méchant EA, qui souhaite avoir bonne conduite en éditant des jeux indépendants pour se distancer/dédouaner, de l’image “Pire entreprise de l’industrie vidéo ludique” dommage pour toi, EA ça marche pas on a pas oublié l’article de Kotaku, sur les conditions de travail pendant le développement de Anthem, l’affront qu’a était Battlefront 2 Try Again comme on dit

Premier jeu de Cornelia Geppert sous la bannière du studio Jo-Mei, d’ailleurs on appréciera la misogynie, car bon une bonne femme qui parle de dépression c’est pas très Gamer™,ça plaît pas quand on doit livrer les tests du jeu, mais on y reviendra.

Donc comme je disais plus haut le cœur du jeu étant de traiter de la dépression, et cela avec brio, tout en parlant de sujet aussi grave qui peuvent graviter ou être la cause de dépression, tel que les ruptures amoureuses, le divorce, le harcèlement, l’isolement, la dépréciation, la mauvaise santé mentale vous avez l’idée.

Et le jeu est parsemé de métaphore, que chacun peut interpréter comme chaqu'un-e le souhaite je vous livre quelque une de mes interprétations : pour moi Kay est une ombre noire, car elle symbolise la dépression, la culpabilité qu’elle ressent, le sac qu’elle a est le poids de ses soucis, la ville est imaginaire et elle est plongée sous l’eau avec un niveau qui monte ou s’abaisse cela représente le fait qu’elle est noyée sous tous ses soucis, sous le poids de culpabilité, sous le poids de ses propres pensées et son manque confiance, elle navigue en bateau, car elle pense ça comme un endroit rassurant, comme un point de sécurité sinon elle est littéralement dévoré par la dépression.

Bref mes interprétations ne s’arrête pas la, elles sont très sommaires mais c’est pour ainsi donner un ordre d’idée des différentes métaphores du jeu je ne veux pas spoiler quoi ce soit du jeu (je me base uniquement sur les trailer), et de comment il se passe, de comment tout ça est traité, je laisse la surprise, sans compter la somptueuse atmosphère qui va de pair avec la musique de Guy Jackson, qui forme un tout exceptionnel dans lequel on est plongé et on y est pas indifférent on avance la boule au ventre.

Bon évidemment comme je disais, c’est une expérience vidéo ludique, c’est un jeu narratif, ça à était pour la créatrice une sorte thérapie personnelle, une “thérapie vidéo ludique” donc en tant que jeux-vidéo c’est très dirigiste, c’est en ligne droite avec quelque base de plate-former et ça s’arrête la, car ce n’est pas le but de SOS (dont l’abréviation est encore une fois lourd de sens)

Mais du coup ça fait plaît pas au Gamer™, ça plaît pas au testeur, car vous pensez bien que une bonne femme qui parle de dépression et qui utilise le jeux-vidéo comme thérapie on peut qualifier ça de jeu, et puis c’est court quoi, c’est pas fin dans les dialogues, c’est approximatif, y a des bugs, c’est pas bien écrit et je pourrais continuer longuement sur le fait qu’on reproche mille et une choses sur le fait qu’une femme qui n’a pas d’expérience dans le médium vidéo-ludique a voulu utiliser ça en tant que outil de thérapie pour elle, et qu’elle a voulu partager sa création, qui l’a sorti de dépression pour possiblement aider d’autres personnes comme ça l’a fait pour elle, en espérant apporter une lueur d’espoir, pour les gens qui comme pour elle souffre de cette maladie qui les ravage.

La question de “est-ce qu’on doit noter une œuvre” est complexe et ce n’est pas moi, ni x ou y qui répondra, mais en tout cas le fait y a un réel problème à noter les “jeux” sur le même barème que le reste, alors qu’ils sont fondamentalement différents, dans ce qu’ils sont et cherche à être et qui cherche à véhiculer des émotions, et des messages particuliers au détriment de ce qu’est être un jeu aux yeux des testeurs, sans compter une certaine misogynie béante quand une femme parle de manière générale, et encore plus quand elle parle de sujet grave au travers du médium vidéo ludique, car lorsque j’ai lu les tests, j’y ai vue des tests totalement hors de propos, comme pour toutes les expériences narratives qui se veulent différente et qui sont tester sur même base que d'autres jeux, des conclusions très sec et sévère injustifié, de la misogynie car c’est la première production d’une femme, et les 3 ensemble sont un bien gros problème pour être souligné.

Car à cause de tout ceci, vous passez peut-être à côté de moment agréable, d’une expérience sympathique.

Et surtout vous manquez peut-être l’occasion de faire du bien à vous-même, à votre vie et de peut-être y avancer si tout ceci résonne en vous.