oxtorrent
Accueil » Serie » Gentleman Jack - Série (2019)

Gentleman Jack - Série (2019)

Série de Sally Wainwright Drame 1 saison (en cours) HBO 1 h 22 avril 2019

Anne Lister, propriétaire terrienne homosexuelle, veut briser les conventions sociales et épouser une riche héritière nommée Ann Walker pendant la Révolution Industrielle.

Film Gentleman Jack - Série (2019)
SERVEUR 1

(Attention : risque de spoilers minimes)

Prisonnière d’un monde où les normes sociales doivent être suivies et non enfreintes, Anne Lister (1791-1840), femme fabuleuse appartenant (officieusement) à la « gentry » anglaise, se voit dédier une série revenant sur sa vie pleine d’aventures, de voyages, mais aussi de rencontres et d'entrepreneuriat, que l’on connait grâce à ses journaux intimes. On pourrait la définir comme la rock-star de son temps : courageuse, fière, pleine d’énergie, première femme ouvertement lesbienne dans une société n’acceptant pas les relations entre personnes du même sexe, Anne Lister est une femme brillante, pleine d’esprit, ne se conformant pas aux normes aussi bien physiques que morales, choisissant des tenues loin du cliché de la mode de l’époque, mélange des styles vestimentaires masculins et féminins.

Anne Lister sait se faire respecter et revient sans cesse, au cours des 8 épisodes que propose « Gentleman Jack », sur l’injustice faite aux femmes britanniques quant aux droits qu’elles détiennent. Le premier XIXe siècle, sans nul doute siècle des avancées sociales, n’est pas celui des femmes : il faut attendre la moitié du siècle pour qu’elles soient admises pour des cours du soir à l’université de Londres, 1884 pour qu’elles deviennent propriétaires de leurs corps et des individus à part entière, 1928 pour un suffrage désormais universel et non essentiellement masculin. Anne décide de ne pas se laisser faire, même si son genre ne lui permet pas de voter, ni de « voyager seule » (selon les coutumes, qu’elle enfreint).

Elle est la représentation parfaite de l’héroïne féminine que j’attends depuis longtemps. Elle comprend très bien sa sexualité, en dépit d’un monde où le terme de « lesbienne » n’existe pas encore, et sait ce qu’elle veut quant à la manière dont ses engagements avec ses compagnes doivent êtres. Elle a peur de se montrer vulnérable mais on s’aperçoit rapidement que derrière son fort caractère et sa forte présence physique, les émotions reprennent parfois le dessus. Elle souhaite s’occuper elle-même de son domaine, récolter le loyer de fermage, utiliser ses terres et creuser des puits pour s’implanter dans le commerce de charbon.

Un des points positifs de Gentleman Jack est aussi l’environnement dans lequel Anne Lister évolue : sa famille est positive quant à son comportement et sa sexualité, sa tante prenant souvent des nouvelles des relations qu’elle entretient et son père étant au courant de son envie de se marier avec une femme. Elle fait face, néanmoins, à une homophobie sous toutes ses formes, certains s’en servant pour lui faire du mal.

Malgré cela, Anne possède certains défauts : elle ne supporte pas l’idée du déclassement social, ce qu’elle fait comprendre sans cesse à sa soeur qui souhaite épouser un « plus bas qu’elle ». Cependant, elle aurait souhaité s’élever, et c’est aussi pour cela qu’elle décide d’entretenir une relation avec Miss Walker, une jeune femme riche, seule, et perdue, que sa famille essaye de soudoyer pour toute sorte de prêt monétaire. Miss Walker, que l’on découvre pleine de délicatesse et de gêne, est elle aussi une femme non mariée, ayant du mal à se conformer aux espérances sociales de la noblesse et de la bourgeoisie anglaise. Elle est cependant plus rangée et en retrait, chaque rumeur, chaque parole à son propos lui faisant perdre pied. Enfin, elle est aussi importante qu’Anne Lister quant à la manière dont la série choisit de représenter l’homosexualité : Gentleman Jack met en avant la difficulté de Miss Walker à comprendre ce qu’elle vit, ce qu’elle ressent, ce qu’elle semble trépasser (d’un point de vue religieux mais aussi social).

« Gentleman Jack » nous explique donc qu’on a le droit de choisir qui nous aimons, comment se comporter et comment s’habiller. Anne Lister nous permet de nous détacher des clichés utilisés à l’encontre des femmes, de montrer une version différente de ce qu’une femme peut être.