oxtorrent
Accueil » Serie » In/Spectre - Anime (2020)

In/Spectre - Anime (2020)

Anime de Katase Chasiba et Kyo Shirodaira Action, comédie, aventure 1 saison (en cours) TV Asahi 25 min 12 janvier 2020

Dans son enfance, Kotoko a été enlevée par des esprits pour devenir la « déesse de la sagesse ». Ces créatures surnaturelles l'ont transformée en un intermédiaire puissant entre le monde des esprits et celui des humains, mais ce pouvoir a eu un prix : un œil et une jambe ! Un jour, elle rencontre Kurô, un jeune homme au cœur brisé, qui semble avoir un étrange effet sur les esprits : ils sont terrifiés à sa simple vue ! Quel est le secret du jeune homme ? Va-t-il pouvoir prêter main-forte à Kotoko face aux esprits maléfiques et l’aider à préserver le monde des humains ?

Film In/Spectre - Anime (2020)
SERVEUR 1

Depuis quelques saisons, le genre policier/mystère semble retrouver de jolies couleurs dans la japanimation. Après Lord El-Melloi, Babylon, Psycho-Pass, c’est au tour d’Hiver 2020 de proposer deux animes très différents mais pour autant tout aussi bon afin d’alimenter le public en affaires singulières. Tandis que ID:Invaded prend la direction de la science-fiction, In/Spectre adopte le chemin du surnaturel. Frappé par son premier épisode de haute qualité, on pouvait placer la barre assez haute sur cette adaptation.

Il est possible de retrouver tous mes avis sur mon site dans une présentation plus agréable à lire. Divers avis d’animes de saison, tests de jeux vidéo, articles spécifiques et bilans saisonniers collectifs sont publiés. Lien de l’article : https://www.fuwafuwanosora.com/animes/avis/hiver-2020/in-spectre-2/ Ceci étant dit, bonne lecture. »

A l’image de son prologue, l’anime n’explique pas clairement quelle est l’intrigue principale. Ce n’est que vers la fin qu’on devine quel sera le propos principal. On devine simplement au fil des épisodes que Kotoko et Kurô vont résoudre des enquêtes surnaturelles. Ce sera l’occasion ainsi d’en apprendre plus sur chaque personnage et d’entrouvrir progressivement l’univers en introduisant de nouveaux personnages, certains entrant dans la case des alliés et d’autres apparaissant plutôt comme des antagonistes.

Dans un autre article, je reprochais le manque de consistance et le format épisodique des enquêtes de Kabukichou Sherlock. Ici c’est diamétralement l’opposé. Les enquêtes sont denses, originales, bien écrites et longues (voire peut-être un peu trop). On peut éventuellement reprocher à la première véritable enquête d’être un poil trop complexe et prise de tête pour suffisamment capter l’attention du public tandis que la suivante d’être un peu trop longue. Mais globalement, il ressort que chaque affaire est bien conçue et plutôt intéressante. Le public se passionne à élaborer lui-même ses théories et les moduler au fil des nouveaux éléments en sa connaissance. Parfois on est à côté de la plaque, à d’autres moments il nous manque des informations essentielles volontairement dissimulées et quelques fois on vise juste. C’est une véritable implication qui nait avec cet anime. Le récit est très posé, ce qui permet en principe, de pouvoir tranquillement suivre le raisonnement des personnages et mener en parallèle une réflexion. La plume de l’auteur de Zetsuen no Tempest en matière de dialogue est toujours aussi délectable.

C’est concis, impactant et clair. Il serait aisé d’être saturé par le nombre hallucinant de dialogues néanmoins l’auteur réussit à ne pas rendre cela indigeste. Les échanges sont bien rythmés à la fois par de très légers twists et par un comique savoureux. Les temps forts sont rares et l’anime évolue en grande majorité dans un tempo très modéré.

L’affaire de Karin Nanase occupera la grande majorité des douze épisodes avec un enchainement de théories et de dialogues sur plusieurs épisodes. Certains n’y trouveront pas leur compte, tandis que d’autres comme moi s’amuseront à suivre cette explication de plusieurs dizaines de pages manuscrites afin d’expliquer rationnellement une légende urbaine. Je n’ai jamais vu un anime qui pousse l’explication aussi longuement et profondément. La diversification des interlocuteurs, de mise en scène et de situations arrive à maintenir notre attention et à éviter les travers du long monologue languissant. Cette remarque sera peut-être perçue comme pédante, mais à mon sens la plupart de la communauté n’arrive pas à comprendre à quel point le travail réalisé est remarquable aussi bien au niveau du script que de la narration.

Même si les thèmes abordés sont sérieux et graves, aucune atmosphère austère et oppressante émane de l’anime comme pourrait le laisser paraître la direction grisâtre et pâle des épisodes. C’est relativement aéré et léger. Pour cela, il faut remercier Kotoko qui est quelqu’un d’extravertie et attentionnée. Elle sait ce qu’elle veut et elle n’y va pas par quatre chemins. Ses diverses expressions sont rigolotes et sans s’en rendre compte on s’attache très vite à ce personnage.

Elle est extrêmement intelligente et suivre ses réflexions reste toujours plaisant. La qualité d’écriture se retrouve ainsi également dans les personnages. Leur personnalité est très appréciable. Le casting principal est excellent, pas besoin de mâcher ses mots, c’est incontestablement l’un des meilleurs de cette saison.

Sans surprise, une dose de romance se remarque. C’est extrêmement rare de voir un anime centrer son récit sur trois personnages dont l’un étant la « compagne actuelle » et l’autre l’ex. Extrêmement jalouse et souhaitant à tout prix plaire à Kurô, Kotoko n’en rate jamais une. Les deux femmes se complètent ainsi dans leur caractère, chacune étant l’opposé de l’autre. Cet anime est un shounen et pourtant les personnages dégagent une aura tout autre. On ne retrouve pas la plupart des tics ou clichés qui parfois sont énervants dans ce genre. Les relations amoureuses sont matures et singulières. De ces personnages ressort un naturel et réalisme rappelant davantage un casting destiné à un public plus adulte.

En matière d’affrontements et de situations sanglantes, In/Spectre n’en est pas sans reste grâce au studio Brain’s Base et au staff mené par le réalisateur Keiji Gotou. Les scènes d’action sont prenantes et soigneusement animée. Les affrontements conservent un réalisme appréciable. L’anime n’hésite pas à montrer de la chair, du sang, des amputations et autres blessures. On apprécie particulièrement la physique et la consistance du sang, en bref son animation très vivante. La direction artistique remplit bien son rôle pour créer une œuvre mystérieuse.

J’affectionne particulièrement la bande-son, avec parfois des compositions avec une nuance très médiéval/Fantasy/forêt enchantée et d’autres avec des instruments à percussion.

Conclusion : Le mensonge qui transcende la vérité

In/Spectre ravira les personnes désirant une œuvre bien écrite. C’est à mon sens l’anime de la saison qui possède la plus belle plume pour raconter des histoires subtiles et longues. In/spectre prend le postulat d’expliquer rationnellement les légendes urbaines ou de donner des justifications à certains agissements mystérieux. Le casting est à mes yeux le meilleur de cette saison avec énormément de caractère. Même si l’anime aborde des phénomènes graves, le ton est toujours léger, comique et avec plein de moments de tendresse entre Kuro et Kotoko. Malgré une longueur qui peut incontestablement peser sur notre capacité à rester accrocher à l’œuvre, l’anime évolue de manière très agile dans un tempo toujours lent et posé. Bien animé et réalisé, je recommande pour cet anime d’adopter un visionnage en plusieurs temps afin de toujours regarder avec passion chaque épisode et d’entretenir cette tension créée à chaque fin d’épisode.